Ce que ça fait d’être un artiste…

image le prince des poètes blog

Une personne qui regarde un film en 3D a plus de possibilités visuelles, comme si sa vue avait été décuplée .Son regard sur l’image a plus de profondeur et les reliefs en sont élargis. C’est la même chose pour l’artiste avec les sentiments ; L’artiste ressent les choses et les êtres en 3D ! Et cette troisième dimension cache des chambres dont nous ne soupçonnons pas l’existence et que nous ouvre l’artiste. Un sentiment n’est pas qu’un sentiment, c’est un endroit. Un paysage multiple et son étendue est illimitée, seul le regard sur ce sentiment a des limites, lui !

La conscience de l’artiste, son inconscient, son subconscient, et sa supraconscience ne forment qu’une seule entité avec des canaux de communications qui fonctionnent parfaitement, et c’est justement leur disponibilité qui permet la création. Enlevez un d’eux dans ce réseau et l’artiste est incomplet, et plus le réseau est ouvert et plus s’étend la créativité ; mais attention, comme Icare l’artiste peut se brûler les ailes.

Parce que l’artiste crée à cause du bruit du monde autour de lui et de celui qui résonne en lui, ce qui finit parfois par devenir un tel fracas ou une telle musique dont il ne peut se défaire qu’avec l’exorcisme de la création. Lorsque les sentiments percutent une âme et un cœur, cela fait pour l’artiste l’effet d’une météorite qui s’écrase sur la terre ; Seulement la météorite c’est l’artiste lui-même.

C’est un pouvoir qu’il faut apprendre à maîtriser, comme celui du bébé qui doit marcher, parler, comprendre son corps et écouter ses émotions sinon elles le submergent. Il est absolument vital à ce moment pour les artistes de voyager dans leur labyrinthe car chaque être humain est une bâtisse avec des milliards de pièces et l’artiste doit toutes les visiter (Conscient –inconscient—subconscient-supra conscient) alors que l’homme moyen n’en visite que quelques-unes (celles du conscient). Il doit connaitre, chaque pièce, les chambres, les salons, les caves, les prisons, avec toutes les abysses et galaxies qui peuplent cet univers. Victor Hugo n’a-t-il pas écrit « Un poète est un monde enfermé dans un homme ».Ce vers est valable pour tout artiste ou même tout humain, seulement l’artiste a la chance de trouver le moyen de locomotion et de l’utiliser à ses risques et périls. L’artiste est le Christophe Colomb de l’âme et de l’esprit avec tout ce que cela comporte aussi de mésaventures car pour un Christophe Colomb qui arrive sur les rivages de la Colombie, combien d’autres explorateurs ont péri dans les eaux ? Pour un artiste dont le monde entier admire les toiles, combien se sont perdus entre les couleurs et les tons ? Pour un Victor Hugo ou un Shakespeare, combien d’univers se sont écrasés entre les vers ? Non, l’artiste n’est pas fou et il est admirable, illustre ou non ! Il risque sa vie sociale et son âme pour l’humanité, il explore pour elle, il s’expose pour elle !

On porte aux nues ceux qui vont dans l’espace, certes mais l’espace est moins connu que notre propre âme et je peux vous garantir que sa taille n’a rien à envier à ces galaxies que nous rêvons de connaître avec des fusées. Si l’un d’entre vous croise un artiste qui a l’air malheureux, misérable ou autre, ne riez pas de lui, mais félicitez-le ou encouragez le, car il s’est jeté dans la fournaise pour vous , il a plongé dans quelque chose que peu auraient le courage d’affronter : NOUS-MÊME !!!